8 mars 2010

Les brimades de ma mère... à l'école !

hitler

Pas de bol, ma mère était institutrice, et bien sûr, je l'ai eue comme maîtresse en CE2. De toute façon, vu que j'ai été dans toutes les écoles où mes parents ont enseigné, forcément, je ne pouvais que me tenir à carreaux, car ils étaient au courant de tous mes faits et gestes par les autres maîtresses... Que du bonheur...

Ma mère avait une façon assez particulière d'enseigner, qui était, devinez quoi ? La terreur ! Ben oui, on ne change pas une bonne vieille méthode qui a fait ses preuves. Pour avoir la paix, on terrorise ses gamins à la maison et ses élèves à l'école, et on est toute puissante ! Trop cool !
Mais attention, hein, c'est subtil ! Pour ne pas avoir de problèmes avec les parents d'élèves, on fait la super faux-cul avec eux, et on est aussi parfois toute gentille avec les élèves, qui entre les humiliations et les aboiements quotidiens, sont tout contents quand ils ont enfin une parole gentille (ou une petite caresse, comme on donne à un vieux chien qui a plus l'habitude de se prendre des coups, et qui du coup, quand il a une caresse, vous adore jusqu'à la fin de sa vie!). Trop facile la manipulation des enfants, je vous dis !

Concrètement, quand on devait s'approcher de son bureau pour lui donner nos cahiers à corriger, elle aboyait : "ne mets pas tes mains sales sur mon bureau, reste là et attends ! "(à 1 mètre du bureau), parfois il y avait des variantes "tes mains de petit cochon", et les pauvres gamins, tout comme moi, attendions la sentence toute-puissante, en regardant par terre.

Et là, quand il y a avait des reproches, c'était comme à la maison, elle disait à ses élèves "baisse les yeux quand je te parle" ! Combien de fois j'ai entendu cette phrase à le maison, et quand j'ai été assez grande et assez courageuse, vers 15-16 ans, j'ai enfin pu la regarder en face, droit dans les yeux, en lui envoyant toute ma haine dans le regard sans broncher. Ah que c'était bien ! *

J'ai un petit souvenir bien humiliant qu'elle m'a infligé en pleine classe d'ailleurs : En CE2, comme j'avais un an d'avance, que j'étais surdouée, que j'étais la 1ère de la classe et que j'étais la fille de la maîtresse, j'accumulais les tares... Je ne faisais quasiment jamais de fautes dans les dictées, et un jour, elle me fait venir à son bureau comme les autres élèves au moment de rendre la copie, et là elle me dit "Prénom Nom", et un truc du genre : "ta dictée est minable, je suis très déçue, tu as fait une faute d'étourderie, c'est inadmissible", et pif-paf, deux baffes bien cinglantes sur les joues devant toute la classe médusée, et je suis retournée à ma place en ravalant mes larmes et ma haine. J'avais 7 ou 8 ans, et je m'en souviens comme si c'était hier.

Je la déteste. Quand je pense qu'elle passe pour une sainte auprès de ses ami(e)s et voisin(e)s, j'ai envie de vomir.

*Penser à vous raconter pourquoi cela a enfin été possible de soutenir son regard vers 15-16 ans ...

* Penser à vous raconter "caresse de chien, ça donne des puces"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire